[Tract] Avec la réforme de la gouvernance, l’ULB supprime nos droits !

Etudiant-e-s, travailleuses-eurs, chercheuses-eurs. Nous, membres des corps « minoritaires », sommes les premiers visés par la réforme de la gouvernance à l’ULB ! En effet, si cette réforme des statuts est votée ce lundi 14 octobre, elle actera la mainmise de l’exécutif (recteur, président et futur directeur général) dans la gestion de notre Alma Mater. Le futur Conseil Académique (CoA) sera de fait dominé par la personne du recteur accompagné du pro-recteur et de 10 doyen-ne-s ! On connaissait déjà les difficultés rencontrées par le corps minoritaire dans l’actuel CA, mais à présent les autorités auront tout le loisir de mener des réformes contraires aux intérêts des corps minoritaires sans aucune opposition possible.

Il nous faut également prendre en compte les effets néfastes auxquels vont être confrontés les étudiant-e-s, les travailleuses-eurs et les chercheuses-eurs.

Ainsi, prétextant la responsabilisation du personnel, les autorités mettent en place une réforme managériale qui s’appuiera sur un nombre croissant d’outils pour évaluer, quantifier et comparer le travail de chacun afin d’évaluer les performances des travailleuses-eurs et leurs activités, en imposant des objectifs chiffrés et la manière de les atteindre. Les travailleuses-eurs deviendront ainsi des ressources utilisables à souhait dans une course au palmarès et au classement tout en mettant les facultés et les administrations en compétition.

L’enseignement et la recherche feront également les frais de cette réforme en imposant aux universités de devenir compétitives et performantes. Dans cette logique, il faudrait développer une économie de la connaissance fondée sur les critères de communication, de flexibilité, et d’esprit d’entreprise. De même, l’étalonnage imposera l’évaluation et la mise en compétition des groupes de recherches et d’enseignement pour attirer des capitaux.

Pour l’idéal managérial les universités doivent donc être attractives, compétitives et performantes aux dépens de ceux qui la font vivre, de la recherche et de l’enseignement.

Nous refusons la voie choisie par les autorités !

Etudiant-e-s, travailleuses-eurs, chercheuses-eurs opposons-nous à la réforme ! Rejoignons l’Assemblée Générale ce jeudi 10 octobre 2013 à 12h30 au AW1.120

Nous voulons une Assemblée Générale souveraine & démocratique !

Nous voulons que l’AG qui a été convoquée par le BEA aujourd’hui soit une véritable AG, pas comme celle du 24/09 où une fois de plus, cela ne ressemblait qu’à une simple séance info !

Une véritable AG ? C’est-à dire ?

– Où tout le monde a la parole, quel que soit son statut (étudiant-e, délégué-e, travailleur-euse ou chercheur-euse). Un temps de parole est alors distribué par un-e modératrice-teur.
– Où un ordre du jour est clairement défini et voté : discussion, revendication(s), action(s).
– Où les revendication(s) et action(s) doivent être votées (et non décidées par les seuls délégué-e-s!)

L’Union Syndicale Etudiante se positionne

1) contre TOUS les points de la réforme
2) pour une action de blocage du CA lundi 14/10 jusqu’à ce que la réforme soit rejetée en bloc

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.